Archives de catégorie : Non classé

Réforme du lycée

Informations de la CNARELA (avril 2019):

Chers collègues,
Vous trouverez en fichier le compte rendu de notre audience du 8 février au ministère. Nous attirons l’attention des collègues qui enseignent en lycée : la spécialité est financée par des horaires fléchés. Les points de l’option, coef. 3, qui s’ajoutent à l’ensemble des résultats du bac, sont bien comptabilisés aussi dans le contrôle continu (qui compte pour 10%).Les collègues doivent alerter au plus vite les ARELA sur les problèmes de fusion ou de refus d’ouverture et de « quotas » dans la spécialité, et signaler également les problèmes pour les options. Ces remontées seront transmises par la CNARELA au cabinet du ministre qui suit de très près les ouvertures. Des appels ont déjà été passés dans plusieurs lycées pour rappeler quelques règles de fonctionnement.
Nous avons été reçus au CSP en mars pour la présentation des programmes de Terminale : 

1) la spécialité LLCA n’a pas été pleinement abordée car le travail est en cours de réalisation. Nous avons seulement été informés sur deux points :  •format de l’épreuve qui se tiendra en première (pour les élèves qui ne poursuivent pas la spécialité en Terminale) : épreuve de 2h (toutes les spécialités entrent dans ce format imposé par la DGESCO). Elle comportera une partie sur 8 pts (lexique 3 pts, en lien avec les mots clés des objets d’étude + question de grammaire 5 pts engageant la compréhension du texte) et une partie sur 12 pts, au choix de l’élève (soit une version soit un essai libre).  Nous rappelons que certaines personnes avaient annoncé la mort de la version et de la langue ; nous voyons bien que nous n’en sommes pas là. La CNARELA dénonce les fausses informations qui s’appuient sur des sources pour le moins douteuses.  • diptyque d’œuvres en terminale : une œuvre antique et une œuvre littéraire française ou étrangère (du Moyen Âge au XXIe). Le programme sera national et changera tous les 2 ans. En plus de ce diptyque, sans doute trois entrées devront être abordées. Un programme de langue spécifique pour la spécialité sera présenté.  Les modalités de l’examen coef. 16 en fin de Terminale ne sont pas connues à l’heure actuelle (4h ou 3h, format imposé par la DGESCO).

2) les entrées du programme des options seraient les suivantes : 4 objets d’études (3 sont à traiter, dont Méditerranée) • Leçons de sagesse antique • Comprendre le monde • Inventer, créer, fabriquer, produire • Méditerranée: présence des mondes antiquesLa CNARELA a insisté une fois de plus pour que les programmes de spécialité et d’option soient vraiment distincts, a également demandé un préambule spécifique (qu’elle avait déjà demandé au CSP et à la DGESCO !) pour rendre plus clair l’enseignement de spécialité, et elle a demandé que soient distinguées d’un côté la spécialité LLCA-latin et de l’autre la spécialité LLCA-grec. Nous rappelons une fois encore que les élèves présentent la spécialité dans l’une des langues (l’autre pouvant être suivie en option). Nous aborderons cette audience plus en détail lors de notre prochaine AG (vous recevrez la convocation sous peu).
Le programme des œuvres pour le bac de français en 1re a été publié au BO du 4 avril : https://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=140520
Nous rappelons que les œuvres actuelles de Terminale (Ménandre en grec, Pétrone en latin), sont reconduites pour la dernière session 2020.
Cordialement,François Martin

Chers collègues,

L’enseignement du latin et du grec au lycée, rentrée 2019 :  – option latin, option grec : en seconde, première, terminale. Horaire : 3h de latin et 3h de grec à chaque niveau. – enseignement de spécialité « Littérature, Langues et Cultures de l’Antiquité » (LLCA), soit en latin, soit en grec : en première (4h), en terminale (6h).
Un élève peut suivre les deux options de LCA. S’il suit déjà une autre option (LV3, EPS…), il peut en plus suivre une seule option de LCA.Un élève inscrit en spécialité LLCA-latin peut suivre l’option grec, et un élève inscrit en spécialité LLCA-grec peut suivre l’option latin.Un élève qui abandonne la spécialité LLCA (en latin ou en grec) en fin de première peut suivre l’option en terminale.
Au bac : option : l’oral que nous connaissons actuellement est supprimé. Seules les notes du contrôle continu sont prises en compte. L’arrêté du 25 janvier 2019 précise que les notes obtenues dans les options LCA sont bonifiées (coef. 3). Si l’élève suit les deux options de latin et de grec, chacune est coef. 3. Ce bonus s’ajoute au total du bac.spécialit : épreuve écrite en terminale (coef 16 comme toutes les autres spécialités). – l’épreuve du grand oral portera normalement sur l’une des deux spécialités choisies par l’élèves : coef. 10.  Un élève peut donc bénéficier d’un coef. 26 pour LLCA (16 spé. + 10 grand oral) !

Financement des enseignements- Les heures d’option ne sont malheureusement toujours pas fléchées, malgré nos demandes de longue date : elles sont prélevées sur la « marge » (changement rentrée 2019 : 12h de marge par division de seconde, 8h par division de première). -Les heures de la spécialité, en revanche – si la spécialité est bien ouverte officiellement dans l’établissement – sont normalement fléchées car les dotations présentent les « moyens »  donnés à l’établissement. Il faut inciter les collègues à obtenir les documents envoyés par les inspections académiques aux chefs d’établissement pour vérifier ce point.
Merci de signaler toute tentative de « fusion » des heures dédiées à la spé. avec les heures d’option : CELA N’EST PAS NORMAL !

Nos collègues de mathématiques ont une spécialité « Mathématiques », et une option en terminale (« mathématiques expertes ») : croyez-vous qu’ils accepteront de faire leur option sur les heures de spécialité ?
Il faut que les collègues se réfèrent aux grilles horaires officielles pour rappeler qu’il n’est pas normal de baisser les horaires : quelle autre discipline au lycée voit ses horaires « officiels » amputés ou regroupés ? Profitons de la réforme pour le rappeler !
Bon courage dans la période qui arrive avec les DHG. La CNARELA annoncera des actions en direction des collèges et lycées très prochainement et alerte toujours le ministère sur les difficultés que rencontrent les collègues.


Cordialement,

François Martin

Et les liens vers les nouveaux programmes:

Le lien vers le BO: http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=138147
h

L’enseignement de spécialité LCA en 1ère : http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=138146

L’option LCA en 2nde et 1ère: http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=138110

Colloque Libros =

Celles et eux d’entre-vous qui sont disponibles et intéressés sont invités à venir assister à tout ou partie du colloque Libros + qui se tiendra à la fac des Lettres à Brest, du mercredi 16 mai à 14h, au jeudi 17 mai, à 22h.

Le mercredi après-midi, Sarah Yvon, la bibliothécaire du SHD, apportera le livre de Lancisi dont les lycéens et étudiants ont entrepris la traduction sous la houlette de B. Jeanjean, vice-président de l’ARELA Bretagne.

Merci de votre présence si vous le pouvez. Cela soutiendra un projet qui rend évident l’absolue nécessité de la défense des langues anciennes dans l’enseignement.

Le programme : Colloque LIBROS Programme

Enseignement de complément et réforme

De nouvelles informations.

Un projet de programme pour l’enseignement a été publié, vous pouvez le lire ici : programme_LCA.

La CNARELA a été convoquée à la DGESCO pour une consultation sur ce programme, vous pouvez lire ici le communiqué : Communiqué.

Enfin, l’enseignement de complément permet de gagner des points supplémentaires pour l’obtention du DNB (article 8 de l’arrêté du 31 décembre 2015 relatif aux modalités d’attribution du DNB).

Conférence mythes & mégalithes, espace Ouest France, Rennes 22/01/13

Mythes et mégalithes, un voyage à travers l’histoire

Mardi 22 janvier 2013 à 14h

Espace Ouest France – RENNES

par
Philippe Dagron
Médiateur culturel au Musée de Bretagne

Les mégalithes, menhirs et dolmens, ont suscité à travers l’histoire toutes sortes de réactions, entre rejet et fascination. Edifiées par les premières populations d’agriculteurs et d’éleveurs au néolithique (entre 5 000  et  2500 ans avant Jésus Christ), à l’âge de la pierre polie, ces pierres levées, partie intégrante du paysage quotidien des populations rurales, ont, pendant des siècles, donné naissance à une multitude de légendes.

Dans un premier temps, les mégalithes sont combattus par l’Eglise qui y voit là des restes de paganismes à éradiquer et ce depuis le haut Moyen -Age jusqu’aux missionnaires jésuites du 17ème siècle.

Il faut attendre dans le sillage de la Révolution Française où les termes mêmes de menhir et de dolmen sont forgés, le 19ème, siècle marqué par l’engouement des romantiques et autres celtomanes attribuant à tort ces édifices monumentaux aux Celtes et aux gaulois de l’antique Armorique.

Enfin, le mouvement néo-druidique breton en copiant l’exemple gallois, toute fin 19ème et début 20ème siècle mais toujours existant, remettra à l’honneur menhirs et dolmens.

Si aujourd’hui, le menhir et le dolmen sont devenus au même titre que la coiffe bigoudène ou la faïence quimpéroise une image incontournable de la Bretagne, n’oublions pas pour autant des périodes plus sombres où l’archéologie fût au service des nazis qui y voyaient là des vestiges aryens (!).